Vous êtes à Marrakech, la cité impériale,

 « La Rouge ».

Vous vous êtes enivrés des parfums d’épices. Votre œil, votre main ont effleuré les couleurs des étoffes, des tapis chamarrés. Vous avez encore dans l’oreille les rires des enfants, le son de l’outil de l’étameur frappant le cuivre, le marteau du forgeron qui donne de si jolies volutes au fer brut, le pipeau du charmeur de serpents sur la Place Djema el Fna, au milieu des étals où grille la viande…

Etourdis par tant de trépidations…

Prenez une calèche, et laissez- vous guider !

 

Dans un jardin extraordinaire

fen_tre

Ecoutez !

Rien ?

 Le silence…

 et derrière ce silence, le chant d’un oiseau…L'empreinte d'un poète.

Jardin Majorelle

 La couleur vive, brute,

une nature d’ailleurs,

Japon, Mexique…

Imaginez…

Bassin_turquoise_copie

Cactus_copie

Pot_bleu



cactus_fleur

fra_cheur


Louis Majorelle, amoureux du Maroc, fit l’acquisition de cette palmeraie en 1919.

Peintre, ébéniste, artiste décorateur Art Nouveau, et passionné de botanique, il fit planter des essences étrangères qui se mêlent harmonieusement aux palmiers originels.

 Nénuphars, cactus, bougainvillées, jasmin…

ombre_et_lumi_re

Il inventa ce Bleu, si particulier, un outremer vif, dont Yves Saint Laurent dit :

« Depuis de nombreuses années, je trouve dans le jardin Majorelle, une source inépuisable d’inspiration et j’ai souvent rêvé à ses couleurs qui sont uniques. »

Il en est le propriétaire depuis 1980.

(Les photos ont « survécu » tant bien que mal au scan,

et le bleu est plus proche du contour des cartes bleues…).

Nous retournerons à Chypre, pour admirer de plus près ces mosaïques,

 dont je vous ai parlé dans le dernier article…

J’aime ces sauts dans des atmosphères si différentes…

J’espère que vous aimerez aussi.